Search
  • Kira London-Nadeau

Les jeunes et la consommation du cannabis après la légalisation : une panique sans fondement


Mais songez aux enfants!

Plusieurs sont préoccupé.es par l’effet de la légalisation du cannabis non-médicinal sur les jeunes, surtout ceux et celles âgées de moins de 25 ans chez qui le cerveau est encore en développement. Plusieurs théories ont été émises à propos de la normalisation et des taux de consommation de ce groupe. Sans pour autant prétendre connaître l’avenir avec certitude, nous pouvons tout de même aller au-delà de ces théories pour émettre des hypothèses basées sur les données probantes. Alors, que nous dévoile la recherche scientifique sur ce qui pourrait nous attendre par rapport à la consommation du cannabis par les jeunes?

Certains articles de la littérature scientifique ont donné lieu à des inquiétudes quant à l’augmentation de la consommation du cannabis chez les jeunes suite à la légalisation. Par exemple, une étude menée dans une université dans l’état de Washington, où le cannabis est légal depuis 2012 et vendu au détail depuis 2014, a détecté une augmentation plus prononcée de la consommation du cannabis chez les étudiant.es comparativement à la moyenne nationale. Bien que ces résultats doivent être considérés sérieusement, ils existent au sein d’une littérature qui raconte une toute autre histoire.

Contrairement à ce premier article, plusieurs autres soutiennent qu’il n’y a aucune raison de croire que les jeunes consommeront plus de cannabis après sa légalisation. Par exemple, une étude longitudinale menée auprès d’étudiant.es au niveau collégial au Colorado a démontré que les taux de consommation n’ont pas augmenté après la légalisation. Ceci est étonnant, puisque les taux de consommation du cannabis vont en augmentant aux États-Unis en général, peu importe le statut légal de la substance. Cela nous rappelle qu’il est impossible d’attribuer une augmentation du taux de consommation à la légalisation elle-même sans utiliser à titre de comparaison d’autres états où le cannabis demeure illégal. C’est ce qu’a fait une étude en Oregon, qui a démontré que l’augmentation de la consommation du cannabis n’était pas statistiquement différente de celle des autres états.

Ces résultats concordent avec ceux obtenus par rapport à la décriminalisation du cannabis. Des études publiées en 1993, en 2004 et en 2018 ont invariablement démontré que la décriminalisation du cannabis ne menait à une augmentation des taux de consommation chez aucun groupe d’âge.

Pour ce qui est des jeunes qui n’auront pas l’âge légal de consommer, tout comme l’est présentement le cas, les craintes se tournent vers le détournement. De la recherche existe aussi à ce sujet. Par exemple, les états ayant légalisé le cannabis médicinal et ayant donc créé un contexte légal spécifique pour la consommation, tout comme le contexte créé par les limites d’âge, n’ont pas connu d’augmentation correspondante dans les taux de consommation du cannabis par les jeunes.

Finalement, qu’en est-il de la normalisation? Évidemment, rendre une substance légale démontre son acceptabilité, ce qui mènera à plus de consommation, n’est-ce pas? Pas si vite. Une étude récente a démontré qu’en effet, les adolescent.es trouvent de plus en plus que la consommation du cannabis est sans danger. Par contre, leur consommation n’augmente pas pour autant. C’est-à-dire, aucune association n’a été trouvée entre la conception des dangers du cannabis et sa consommation chez les adolescent.es.

Outre ces études qui démontrent que nous ne devrions pas nous attendre à une augmentation particulière du taux de consommation de cannabis chez les jeunes à cause de la légalisation, la Loi sur le cannabis met en place de nouveaux règlements pour assurer que les jeunes n’auront pas accès au cannabis plus facilement. Par exemple, donner ou vendre du cannabis à des personnes sous l’âge légal de consommation pourra entraîner des sanctions incluant un maximum de 14 ans de prison. Toutefois, ces politiques ont été largement critiquées, car elles cibleraient démesurément les jeunes qui ont l’âge légal et qui partagent avec leurs ami.es mineur.es et parce qu’elles créent des conséquences plus graves que la consommation du cannabis elle-même.

En somme, la légalisation du cannabis non-médicinal au Canada comporte plusieurs inconnus. Pour certain.es, c’est excitant, tandis que d’autres sont plus inquiet.es, mais au final, la majorité veut simplement s’assurer que les jeunes seront protégé.es. Heureusement, selon les données que nous avons, lorsqu’il s’agit des jeunes et du cannabis, il n’y a pas de raison de paniquer.

* À noter que les articles académiques cités dans le texte sont écrits en anglais. *


0 views

FOLLOW US

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • LinkedIn - White Circle
  • Instagram - White Circle

National Institute for Cannabis Health and Education.         © 2017  All right reserved.